Infos Togo Entraves à la liberté de manifestation, menaces sur des journalistes, réformes

11 OSC togolaises intransigeantes sur le retour à la Constitution de 1992

Publié le lundi 18 septembre 2017, par Gabinho

Depuis ce lundi 18 Septembre, le Togo aborde une nouvelle semaine de manifestations aussi bien de l’opposition que du parti au pouvoir. Pour amener les gouvernants à jouer leur partition pour qu’une solution soit trouvée à la nouvelle crise qui a pointée du nez dans le pays et engendrant ainsi une situation sociopolitique quelque peu tendue, une douzaine d’OSC (Organisation de la Société civile) était en conférence de presse conjointe ce jour à Lomé. Il s’agit de APED, CACIT, CEJP Togo, Flambeau Citoyen, LTDH, NUBUEKE, Rameau de Jessé, STT, SYNPHOT, UST, Winiga.

Ces OSC se disent très inquiètes de la situation sociopolitique qui prévaut au Togo depuis le mois d’Août dernier et appelle le gouvernement a des actions concrêtes pouvant garantir la pays dans le pays. Ce groupe des OSC a évoqué au cours de sa rencobtre avec les hommes de médias, la question de la liberté de manifestation, d’expression et d’information surtout avec un avant-projet de loi introduit par le ministre de l’Administration territoriale pour faire modifier la loi sur les manifestations publiques, la question des menaces qui planent sur la personne des hommes de presse et enfin, les discussion qu’elles ont eues avec le président de la Commission de la CEDEAO, Marcel de Souza sur la question des réformes constitutionnelles ou enccore du retour à la Constitution de 1992 qui est la pomme de discorde entre les partis politiques de l’opposition et celui du pouvoir.

Pour ces OSC, en ce qui concerne le premier point qui est le point de discorde, les OSC ont clairement soutenu la position exprimée par le peuple qui consiste à retourner à la version originelle de la Constitution du 14 Octobre 1992. L’article 59 de cette Constitution dispose : « Le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois. En aucun cas, nul ne peut exercer plus de deux mandats »"". Et donc, ces OSC pour ses différentes positions qu’elles ont exprimé à M. de Souza, disent avoir reçu de celui-ci, l’assurance "" que la Commission sera du côté du peuple togolais comme elle l’a été en Gambie"" et ont convié ""la Commission de la CEDEAO de rester fidèle et dynamique à sa vision 2020 de la CEDEAO des peuples et d’œuvrer ardemment à l’alternance dans son espace communautaire"".

Dans la suite de leur position sur le sujet qui divise les politiques, quant aux réformes ou au retour à la Constitution de 1992, ces OSC disent s’engager ""à tout mettre en œuvre pour que seule puisse triompher la volonté du Peuple qui est seule au-dessus des intérêts partisans et particuliers"" et qu’aucun compromis ne soit fait sur le dos du peuple togolais.

Enfin, les 11 OSC ""appellent les Togolais, au Togo et à l’étranger, à se mobiliser les 20 et 21 septembre 2017 pour exiger le retour à la Constitution de 1992"" et à ""rester mobilisées pour des valeurs et des principes d’intérêt national"".

T228