Nos régions Tandjouare

Information et sensibilisation de deux coopératives sur les maladies pandémiques

Publié le dimanche 26 juin 2022, par Gabinho

Amener les populations des cantons de Bagou et de Doukpelou en général et les membres des coopératives Tintaan G Kpaad et de Naataan –man) à mener convenablement leurs activités ; c’est l’idée générale de l’ONG RAFIA avec l’ONG française Agronomes et Vétérinaires Sans Frontière (AVSF) d’initier des activités de renforcement de capacités au profit de ces coopératives ciblées.
Au rang de ces activités, deux caravanes de sensibilisation dont l’une est réalisée le 24 juin dernier dans les cantons de Bagou et de Doukpelou dans la commune Tandjouare2 ; ceci sur le projet « soutien au développement des femmes et des filles rurales vulnérables de la région des Savanes ».
Par cette caravane, les bénéficiaires directes et indirectes du projet sont informés sur l’existence des maladies pandémiques en général et sur le coronavirus en particulier. L’occasion pour les organisateurs de sensibiliser aussi les bénéficiaires sur les autres maladies dangereuses telle que la variole du singe et aussi rappeler à la bonne conscience dans la coproduction sécuritaire afin de mieux contribuer dans la lutte contre l’extrémisme violent.
Pour Mme Yvette NAGUIBE Tchaguimobe, responsable du projet, « les femmes au sein des coopératives identifiées mènent avec abnégation leur activité de transformation mais avec des difficultés et surtout se basant sur les pratiques ancestrales, souffrent énormément. Le présent soutien, va booster leur production et améliorer la qualité de leurs produits à rendre visibles sur le marché national et sous régional. Et pour mieux le faire, elles doivent être en bonne santé et c’est la raison qui explique la sensibilisation sur les bonnes pratiques d’hygiène dans leur production et aussi sur la conduite à tenir en matière de bonne santé ».
Bref, le projet vise à contribuer de façon durable à l’amélioration des conditions de vie des femmes et filles par le renforcement institutionnel des groupes de femmes et de files ainsi que leurs capacités techniques en matiière de transformation des produits forestiers non ligneux ; spécifiquement, il s’agit de renforcer les capacités économiques et financières des femmes grâce au développement d’activités génératrices de revenu, renforcer l’accès équitable des femmes aux facteurs de production et aux droits socioéconomiques de base tout en renforçant la notion d’équité genre.
Les femmes des deux coopératives produisent le beurre de karité depuis plusieurs années et contribuent avec leurs activités à la promotion des produits locaux et de la consommation locale.
V.G.(T228)