Afrique Afrique

Résultats du Dialogue Républicain sur la politique de la jeunesse en Centrafrique 

Publié le vendredi 1er avril 2022, par Gabinho

Le Dialogue Républicain, promis depuis près d’un an par le Président Faustin Archange Bangui. L’objectif de ces réunions, était de trouver des solutions pour que la République centrafricaine puisse éventuellement sortir de l’impasse et obtenir une indépendance totale. C’est pour cette raison que les participants au dialogue ont formulé 600 recommandations à l’issue d’une semaine de discussions.

Une étape importante dans le développement futur de la RCA consiste à mieux inclure et représenter les jeunes dans la vie de la République. Ayant reconnu que l’avenir appartient à la jeunesse, les participants au dialogue républicain ont mis l’accent sur l’amélioration de la représentation des jeunes dans les différentes sphères de la vie en Centrafrique.

Entre autres mesures concrètes formulées par les participants au dialogue, il a été question d’organiser les jeunes à travers le pays selon leurs propres régions d’origine afin de mieux redistribuer et exploiter les ressources des régions et de subventionner les activités des jeunes par l’Etat.

Par ailleurs, il a été formulé au cours du dialogue de renforcer les capacités et les ressources la Jeunesse Pionnière Nationale et de créer ses départements sur l’ensemble de la RCA. En outre, il a été conseillé de créer les conditions d’une participation effective des jeunes, des minorités, des personnes handicapées et des personnes vulnérables à la gestion des affaires publiques par des mesures positives et concrètes en réponse à la discrimination.

Le Dialogue Républicain a également formulé des mesures législatives visant à améliorer les conditions de la jeunesse centrafricaine. Par exemple, afin de mieux se concentrer sur les questions relatives à la jeunesse, les participants au dialogue ont proposé de séparer le ministère de la jeunesse de celui en charge des sports. De plus, une loi spécifique à la jeunesse devrait être créée, à l’instar de la loi sur la parité. Enfin, il est nécessaire de revoir toutes les lois qui freinent la participation politique des jeunes aux processus de prise de décision et de consolidation de la paix.

Le bien-être de la jeunesse est le gage de succès pour la prospérité du pays en entier. Voilà pourquoi, les mesures formulées en ce qui concerne le domaine de la politique de la jeunesse vont définitivement être prises en compte par l’autorité centrafricaine. Pour conclure, ce n’est pas qu’à l’autorité d’améliorer les conditions de la jeunesse mais également de tous les citoyens de la RCA ; toutes les forces vives de la nation sont invitées dans la mise en œuvre de ces recommandations.

Grégoire Cyrille Dongobada, Observateur militaire, Chercheur en études politiques